Les excès du laissez-faire sur le marché de l’attention

Sur mandat de la Municipalité de Lausanne, la Société générale d’affichage (SGA) a installé une brochette de panneaux publicitaires le long du trottoir qui jouxte l’immeuble de la Place Chauderon 16. Ce n’est pas sans poser quelques problèmes.

En installant des procédés de réclame sur le trottoir, il se retrouve partiellement dépouillé de sa qualité d’espace public. Il devient une marchandise que les différents acteurs du marché peuvent se disputer. Mais ce n’est pas tout ; les procédés de réclame de la SGA entrent en concurrence avec ceux de l’espace privé, ceux de l’immeuble de la Place Chauderon 16. Le laissez-faire de la Municipalité de Lausanne en matière de marché de l’attention aboutit à une prolifération de la publicité dans l’espace public, mais aussi dans l’espace privé, car les acteurs privés réagissent à l’apparition de publicité concurrentielle à proximité de leur espace par une surenchère. Par le jeu de la concurrence, il s’établit aussi une hiérarchie du contrôle de l’attention. Le conducteur de voiture qui passe au niveau de la place Chauderon 16 regarde d’abord les procédés de réclame de la SGA qui se trouvent sur le trottoir, puis, peut-être, ceux qui sont installés sur la façade de l’immeuble. Cette hiérarchie, susceptible de changer tant que dure le laissez-faire de la Municipalité, met à jour un marché de l’attention, avec sa conjoncture, ses crises, ses techniques et ses abus. Dans ce cas précis, en plus de la marchandisation de l’espace public, de la prolifération de la publicité et de la concurrence (déloyale diraient les partisans du néo-libéralisme) à l’entreprise privée soutenue par les pouvoirs publics, les abus prennent la forme d’un danger physique pour les usagers de la route. Car la compétition pour l’attention des automobilistes, des piétons, des passagers des transports en commun et celle des conducteurs des bus, ne peut que se faire qu’au dépend de l’attention que chacun devrait porter au trafic à cette intersection.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.