La ville de Genève expérimente la libération de l’espace public malgré elle

A Genève, les premiers jours de l’année 2017 ont vu la quasi totalité des affiches publicitaires de l’espace publique se parer de blanc et cette fois ci les anti-pub n’y sont pour rien! Étonnamment c’est à la société générale d’affichage (SGA) elle-même qu’on doit ce répit inattendu [1]. Cette dernière a perdu sa concession au profit d’une autre société (Neo Advertising SA) et visiblement la transition ne s’est pas faite sans vagues.

Les paris sont ouvert quant aux raisons qui ont poussé la SGA à ce coup d’éclat, au risque de tendre une perche inespérée aux voix critiques. Comme celle du Réseau d’objection de croissance Genève (ROC-GE) qui à présenté vendredi dernier son projet d’initiative municipale « pour une ville sans publicité commerciale dans l’espace public » [2]. Ou encore celles, plus consensuelles, qui évoquent l’idée d’une trêve annuelle [3].

Ce qui est sûr, c’est qu’il n’a pas fallu longtemps pour que la population se réapproprie l’espace ainsi libéré et prouve, s’il le fallait, qu’une ville sans pub n’est pas une ville triste, loin s’en faut. Nos ami-e-s du Flip à Genève nous ont envoyé quelques clichés des œuvres d’art et autres traits d’esprit qui ont remplacé l’espace de quelques jours les sirènes de la consommation.

Si la publicité a depuis réinvesti l’espace public, gageons que cet épisode apportera de l’eau à nos moulins lors des débats à venir autour de l’emprise de la publicité sur nos vies et nos imaginaires.

Plus d’images ici (site de la Tribune de Genève)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.