La campagne d’auto-promotion de la CSL : cinq mois de dangereuse contradiction

La campagne d’auto-promotion de la Commission suisse pour la Loyauté (CSL) n’en finit pas. Lancée en septembre 2016 à l’occasion de son jubilé, elle continue de diffuser son message aux dépends des usagers de l’espace public, comme sur cette photographie, par le biais d’un dispositif de la Société générale d’affichage (SGA) installé devant un passage piéton à la Place Chauderon à Lausanne.

Dans cette commune comme dans d’autres, la sécurité des piétons est garantie par la législation et son application par les pouvoirs publics. Si le fourgon qui est stationné devant le passage piéton est en infraction et qu’une amende d’ordre se trouve sur son pare-brise, c’est justement parce que le véhicule nuit à la visibilité et qu’un officier de police a fait appliquer la loi [1]L’Ordonnance sur les amendes d’ordre, elle-même basée sur l’Ordonnance sur les règles de la circulation routière, en particulier l’article 18.. Pourquoi l’agent de police n’a-t-il pas sanctionné la CSL et la SGA alors que le procédé de réclame occupe un espace caractérisé par un danger similaire pour le piéton ? Cette politique du deux poids deux mesures provient-elle d’une absence dans la législation ? Pas tout à fait. On sait notamment que des règlements  sur les procédés de réclame ont été mis en place par les pouvoirs publics dans le but de garantir la sécurité de la circulation routière et celle des piétons (art. 1). Or, trop souvent, ces règlements ne sont ni appliqués par les autorités, ni respectés par la SGA. Mais les autorités et la SGA ne sont pas les seuls responsables des incidents et des accidents provoqués par les procédés de réclame installés sur les voies de circulation. Tout annonceur, la CSL plus que d’autres, en tant que mandataire, devrait s’assurer que leur publicité ne soit pas source de danger pour autrui.

Notes   [ + ]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.