La reconnaissance faciale et le système publicitaire

Aujourd’hui l’émission radiophonique Méthode scientifique diffusée sur les ondes de France culture et animée par Nicolas Martin a proposé un survol des derniers développements de la reconnaissance faciale. Parmi les sujets qui ont été abordés par l’émission, on compte : (1) les principes généraux et techniques de la reconnaissance faciale : enregistrement préalable de l’image d’une personne pour en faire une signature, un gabarit, que l’on on le stocke dans une base de données. (2) les usages de la reconnaissance faciale, dont la publicité grâce à l’analyse des émotions du consommateur en temps réel.

Selon Nicolas Martin et ses invités, en France, il existe des remparts qui protègent les habitants contre les dérives de la reconnaissance faciale, comme la CNIL.[1]En Suisse, Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFDPDT) Aucun d’entre-eux ne relève que de nombreuses failles mettent en péril l’efficacité de ces gardes-fous, par exemple : (1) les frontières pour le moins poreuses entre le public (CNIL) et le privé. (2) Le fonctionnement obscurantiste des entreprises et des intérêts qui les unissent au sein d’un trafic des données privées. (3) Le secret et l’intégrité des données privées comme les gabarits d’individus, les algorithmes (code source et l’exécutable) et le résultat des analyses, toutes enregistrées sur des serveurs privés. (4) D’autres usages pratiques de la reconnaissance faciale pour le système publicitaire. Des entreprises proposent déjà aux propriétaires de téléphones de visionner de la publicité en échange de services et de rétributions de toutes sortes. On se doute de l’intérêt de la reconnaissance faciale et des émotions des consommateurs pour eux.

 

Pour aller plus loin :

  • L’impuissance du Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence en Suisse et la complaisance de ses collègues cantonaux vis-à-vis du système publicitaire.
  • Un exemple concret (vieux de six ans) de l’usage de la reconnaissance faciale dans l’espace public par un écran publicitaire de Metromedia technologies. Nous nous interrogeons sur la pertinence de l’identification du genre.
  • Site de Datakalab, la société où travaille Kévin Bailly, un des deux intervenants de l’émission. Son compte Researchgate où il publie une partie de ses travaux.
  • Le fondateur du Moviepass veut évaluer les films gratuits grâce à la reconnaissance faciale
  • Une analyse des dangers des usages commerciaux de la reconnaissance faciale par l’Union des libertés citoyennes de Californie
  • La situation en Chine : par les promoteurs de la reconnaissance faciale et par d’autres
  • Un article de Fox news (sic) sur la reconnaissance faciale et Facebook
  • Surveillance des consommateurs grâce aux panneaux d’affichage au Japon
  • http://blog.digitalsignage.com/facial-recognition/
  • https://medium.com/dumbstruck/facial-recognition-technology-is-turning-heads-in-advertising-3f932c64f21e
  • https://edit.co.uk/blog/facial-recognition-in-advertising-time-to-panic/
  • https://digiday.com/marketing/5-campaigns-used-facial-recognition-technology/
  • https://www.extremetech.com/extreme/94116-minority-report-facial-recognition-advertising-has-arrived
  • https://www.businessinsider.com/advertisers-using-facial-recognition-technology-2013-5?IR=T
  • https://adage.com/article/news/brands-facial-recognition-campaigns/244233

 

 

Notes   [ + ]

1. En Suisse, Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFDPDT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.