Manifeste

Antipub.ch est une plate-forme d’information et de réflexion sur la place de la publicité dans notre société. Créée en 2015 en Suisse romande, son champ d’activité s’inscrit dans la tradition libertaire et humaniste.

A notre humble échelle, nous avons fait vœu de participer au travail d’analyse, d’information et de défense de la liberté d’opinion, en mettant à jour un des pivots obscurantistes de notre société — l’industrie publicitaire et son emprise sur notre quotidien. Car, comme nous le montrons sur ce site et comme chacun peut en faire l’expérience, en région lausannoise comme ailleurs, la publicité s’impose à nous par un matraquage de chaque instant. Elle pollue nos esprits en nous aveuglant. Elle dissimule les conditions réelles dans lesquelles les marchandises qu’elle vante sont produites et occulte les conséquences sociales et écologiques de notre hyper-consommation. Son objectif est de nous pousser à l’acte d’achat par tous les moyens et en tous lieux, quitte à mettre en danger notre intégrité physique. Par ses techniques de manipulation, intentionnelles ou accidentelles, elle court-circuite notre entendement, stimule nos instincts les moins nobles, assèche notre imaginaire et voudrait nous faire croire que le bonheur dépend nécessairement de notre pouvoir d’achat.

Face à cette violence et cet obscurantisme, le Clip revendique un droit qui nous a été nié jusqu’à présent, la liberté de réception, un droit qui empêcherait enfin les acteurs du système publicitaire de déguiser la liberté d’intrusion en liberté d’expression et en liberté économique. Nous ne voulons plus être forcés de voir, d’entendre et de sentir la publicité. Nous voulons que le système publicitaire nous voit, nous entende, qu’il nous écoute plutôt que l’inverse. Nous avons le choix de lire un journal ou un livre. Nous avons le choix d’écouter la radio et d’allumer la télévision. Mais quel choix avons-nous dans la rue, quand les affiches s’imposent à notre regard ? quand les publicités colonisent notre boîte aux lettres ? quand un téléphoniste, un étranger, nous appelle sur notre téléphone privé, portable ou fixe, qu’il enregistre notre voix, qu’il l’échantillonne ? Quel choix avons-nous quand les dispositifs de réclame, mobilier urbain ou algorithme en ligne, enregistre l’adresse MAC de notre carte réseau, l’insère dans un fichier qui alimentera d’autres fichiers plus fournis, agrégation de données personnelles commercialisées à notre insu et qui, un jour, permettent aux annonceurs de nous démarcher sur la base d’une décision unilatérale ?

Les membres de la plate-forme cherchent à renverser cette situation asymétrique en imposant une réduction du nombre de dispositifs publicitaires et en conditionnant l’usage des installations dangereuses au principe de précaution. Ainsi, les dispositifs publicitaires qui resteront dans l’espace public constitueront un bien commun, un espace d’expression qui devra être accessible aux habitants et remis au service non plus seulement de « l’économie » et de la société de consommation, mais du vivre ensemble, car notre regard et notre esprit ne sont pas à vendre ! car l’économie doit être subordonnée à la vie plutôt que l’inverse.

Pour atteindre ces objectifs, la plate-forme fait du journalisme d’opinion par un travail de veille, d’analyse de documentation du système publicitaire. Elle mène aussi des actions de rue, par exemple en recouvrant les affiches, en mimant un matraquage et en menant des actions politiques.