Archives mensuelles : novembre 2016

Le minestrone du Passeport gourmand

Les gourmets friands connaissent le Passeport gourmand, ce sésame qui permet à son détenteur d’obtenir des réductions dans les restaurants de la région. Il y a quelques temps, le créateur du Passeport gourmand, la régie publicitaire lausannoise Général Média, a annoncé un « événement ». Les Internautes auraient la possibilité d’acquérir la fameuse carte de réduction pour 95 francs.

15151066_10202374266073259_980720438_n

Ce que les Internautes (et les autres) ne savent peut-être pas et ce que Général Média ne semble pas très pressé de révéler, c’est que le Passeport gourmand est un moyen de récolter des informations personnelles, nominatives sur les gens afin de les vendre à des entreprises. Celles-ci à leur tour peuvent faire du démarchage en vous contactant directement. Vous solliciter pour une sondage de produit ou placer une publicité dans une des publications de Général Média. Les personnes qui ont participé à l’offre promotionnelle en ligne ce matin n’ont pas été informé de la pratique de Général Média. A aucun moment du processus d’inscription, le client n’a été averti que ses données personnelles étaient récoltées pour constituer une fichier destiné à être partagé avec des tiers dans le cadre d’une transaction commerciale. A aucun moment non plus il n’a eu la possibilité d’indiquer qu’il refusait d’être contacté par un tel tiers ou de recevoir une publication de Général Média.

Comment lutter contre les pratiques de Général Média ?

  • Avertissez par courrier postal ou par courrier électronique un de leurs 850 restaurants partenaires
  • Plaignez-vous auprès de Général Média
  • Refusez d’acquérir le Passeport gourmand
  • d’autres idées ?

 

Action lors de la journée mondiale sans achats le 26 novembre

Comme en 2015, le Clip célébrera la journée mondiale sans achats du 26 novembre par une action contre les effets négatifs de la publicité. L’action prendra la forme d’un matraquage symbolique des dispositifs publicitaires, comme le 14 octobre dernier. Nous invitons les personnes qui se reconnaissent dans la lutte contre la publicité à nous rejoindre samedi à 13 heures sur les marches du Palais de rumine, à la place de la Riponne à la Lausanne. Pour davantage d’informations concernant le déroulement d’une action de matraquage symbolique, vous pouvez consulter la page de présentation.

 

Campagne publicitaire d’auto-promotion de la Commission suisse pour « la loyauté »

A l’occasion de son jubilé, l’organe « d’autocontrôle » de la publicité en Suisse, la Commission suisse pour la Loyauté (CSL) a lancé une campagne d’auto-promotion. Le message hagiographique de la campagne est véhiculé par des dispositifs publicitaires rétro-éclairés gourmands en électricité. Sur son site, la faîtière de la publicité et la communication suisse, Communication Suisse, qualifie cette campagne de « campagne en clin d’œil ». Communication suisse et la CSL ont mis tant de mauvaise volonté à assainir le secteur de la publicité en Suisse qu’on ne sait comment prendre l’expression…

Les articles au sujet de cette campagne ou de l’activité de la CSL ou ne sont pas légion. Quand ils existent, c’est la plupart du temps pour prendre une position particulièrement condescendante, comme l’article d’Alexandra Brutsch paru le 15 novembre dans le Matin.

Les jeunes socialistes vaudois susceptible de s’engager contre l’invasion publicitaire à Lausanne

D’ici la fin de l’année 2016, les jeunes socialistes vaudois auraient l’intention d’agir contre l’invasion de la publicité dans la vie quotidienne, selon une source proche du parti. Les jeunes socialistes estimerait urgent d’alerter la population et de mobiliser les différentes forces politiques sur ce sujet. Leur campagne devrait se traduire par des actions aux niveaux communal et cantonal.

Coop Brico+loisirs sommé de faire marche arrière après avoir envahit la vieille ville de Fribourg

(Source : FLIP)

Le 14 septembre, Brico+loisirs, une entité de Coop a planté en douce des écriteaux publicitaires dans des parcs et des bacs à fleurs de la ville de Fribourg. Des autocollants ont également été collés sur les marches de la vieille ville. Le collectif le Front de libération de l’invasion publicitaire (Flip) a demandé des explications au géant de la grand distribution et à la Municipalité. Celle-ci a répondu que la campagne publicitaire n’a pas fait l’objet d’une demande d’autorisation. Elle a d’ailleurs sommé Coop d’arrêter immédiatement sa campagne en ville de Fribourg et de retirer les dispositifs publicitaires déjà installés.