Chaque personne ingurgite 5 000 publicités par jour

5000 publicités par jour. Tel est le régime publicitaire auxquels les annonceurs ont réussi à nous imposer. Certains n’hésitant pas à recourir aux neurosciences pour attirer l’attention des consommateurs. Ils cherchent par exemple à identifier les signaux sonores et lumineux les plus susceptibles de captiver les propriétaires d’ordiphones. C’est que la compétition entre annonceurs se fait rude. Un consommateur regarderait son téléphone portable en moyenne 150 fois par jour. Or, un individu voit environ 5 000 publicités chaque jour (dix fois plus qu’il y a dix ans).

L’occupation publicitaire

Selon Karelle Ménine, « dans les rues, les seuls textes autorisés, les seules paroles écrites qui peuvent s’afficher sont ceux de la publicité ». Alors, l’année passée, elle a rédigée une poésie en prose de dix kilomètres dont elle a habillé la ville de Mons. Et pendant quelque temps, le « mobilier urbain » a changé de mode. Enfin, les affaires de l’esprit l’ont emporté sur l’esprit des affaires. A quand des répliques en Suisse ?

Le Poète de supermarché

Ce poète n’avait rien contre les supermarchés
Bien au contraire même en réalité
Car depuis que le monde l’avait fait naître
C’était là l’unique salle à jouer que ses parents lui avaient donné de connaître

Preuve en est que depuis tout petit
Il y passait tous ses samedis après-midi assis au fond du caddy
Il regardait de ses yeux ronds hors de leurs orbites
Les kakemonos et les stop-rayons pointant les affaires à saisir vite vite

Il arrivait même que certaines semaines
Il puisse en visiter plusieurs
Il pouvait ainsi profiter de cette inespérée veine
Pour déambuler à sa guise durant des heures
A la recherche des remises les meilleures

Le rayon qu’il appréciait le plus était celui de l’épicerie
Bonbons, chocolats et autres gâteries
Dont les emballages flamboyant de mille couleurs
Promettaient de douces et délicieuses saveurs

Et cet ordre ! Cet alignement si soigné !
Tous ces gens si sages et disposés
A gaver l’estomac de leur chariot sans compter
Heureux d’accumuler des points sur leur carte de fidélité

Et au moment de se poser les importantes questions de la vie
Sur l’amour, les idées, les choix, sa propre identité
Le poète parcourait les allées à l’envi
Pour dénicher une réponse prête à consommer

Mais il n’y trouvait rien ni personne pour l’aider ou plutôt si
Plein de produits à acheter pour rompre la monotonie
Pour l’aider à oublier le vide de sens et l’ennui
L’insidieux picotement de ses billes
Qu’il n’arrivait plus à fermer la nuit

Mais un jour qu’il était las de ruminer
Cette sournoise et intolérable dualité
Entre l’insurmontable pulsion du désir de consommer
Et l’insoutenable intuition d’un avenir déjà bien consommé
Il décida de devenir poète de supermarché

Les gérants des supermarchés étaient ses amis
Ils le voyaient traîner ici depuis si petit !
Il se vit confier gracieusement une tête de gondole
Pour offrir ses vers et autres paraboles

Il installa sa machine à écrire sur un petit pupitre
Devant un écriteau à code-barres portait ce titre
« Poète Publique. Confiez-moi vos idées, j’en ferai de belles répliques.
Cartes bancaires acceptées : pas de panique ! »

Les gens lui rirent d’abord au nez
Mais il lui en fallait plus pour le décourager
Petit à petit ils furent étonnés que quelqu’un puisse sublimer
Leurs propres idées avec autant de spontanéité
Ses vers leur permettaient d’en être fier et tenez-vous bien, de les assumer !

Les amoureux venaient à la recherche d’une touchante déclaration
Les chaud-lapins pouvaient même bénéficier d’une belle promotion
Les tristes, en quête de strophes déchirantes, en tiraient une dernière larme ;
voyous y apprenaient une verve tonitruante pour leurs prochains faits d’armes

Les ados même délaissaient le rayon des jeux vidéo
Et faisaient la queue pour exprimer leur mal de peau
Leurs parents enfin les comprendraient et tout redémarrerait à zéro
Les personnes âgées venaient refleurir leur souvenir
Et bien rares étaient ceux qui repartaient sans les prémices d’un sourire

Le poète eut bientôt autant de succès que le rayon épicerie
Et ce commerce attira bientôt la grande industrie
Partout on vit apparaître des rangées de poésies
Où l’on y trouvait un rare mais bon marché produit
Capable de réinsuffler un peu de vie

Oh bien sûr cette poésie n’était pas aussi raffinée
Qu’un poème de Verlaine, Rimbaud ou Mallarmé
Mais face aux critiques des lettrés le poète se taisait
Et dans son regard malicieux brillait une fierté bien méritée
D’avoir rendu un peu d’humanité dans sa société

Pierre-Yves Le Guennec

L’essor des bloqueurs de bloqueurs de publicité

L’année passée, Yahoo a commencé à refuse l’accès à son service de messagerie aux internautes qui utilisaient des logiciels de blocage des publicités. Depuis quelques temps, un certain nombre de sites suisses vous empêchent de naviguer sur leurs pages pour les mêmes raisons. En outre, ce blocage de navigation est obtenu par le recourt à du Javascript non libre, ce qui n’est pas sans poser des problèmes de surveillance. Par exemple, le site de Xavier Studer, un pseudo-journaliste suisse affiche le joli message que voici :

 

ou le site l’Alsace.fr qui affiche un message similaire :

Adblock détecté !Vous utilisez un logiciel bloqueur d’annonces publicitaires pour la consultation de notre site.

Nous attirons votre attention sur les points suivants :

  • La consultation d’informations sur le site www.lalsace.fr est en partie en accès libre
  • La production d’informations journalistiques a un coût
  • Pour que vous puissiez continuer à lire des informations crédibles et vérifiées gratuitement, il est absolument indispensable que nos partenaires commerciaux puissent figurer et être vus sur notre site

Merci par conséquent de bien vouloir désactiver votre bloqueur pour la consultation de notre site.

Comment bloquer les bloqueurs de publicité ? Voici quelques pistes.

La curée entre grands acteurs du système publicitaire

Les grands acteurs du système publicitaires se battent entre eux. Mais le respect des données privées de la population n’est pas en jeu. Ce qui l’est c’est la liberté  de commercialiser ces données comme bon leur semble et de maintenir des pratiques déloyales comme l’échange automatique des données clients, la constitution de fichiers des usagers sans avoir obtenu leur consentement préalable, ainsi que le maintient de la politique du opt-out, c’est à dire du droit d’opposition seulement.

Il y a quelques temps, trois poids lourd de la publicité en Suisse, la SSR, Swisscom et Ringier ont créé une régie publicitaire suisse du nom d’Admeira. La conseillère fédérale Doris Leuthard, cheffe du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC), avait donné son feu vert au rapprochement entre les trois entités. Mais des concurrents, dont Médias suisse essaient à présent de s’y opposer, car ils redoutent en particulier la publicité ciblée que la SSR pourra mettre en œuvre grâce aux données personnelles des clients de Swisscom. Les opposants s’indignent parce qu’ils voient dans cette association un obstacle à leur activité commerciale. L’instrumentalisation des données personnelles des clients de Swisscom ne les offense pas. Médias suisses a fait valoir loi fédérale sur la radio et la télévision (LRTV), qui stipule que la SSR doit annoncer à l’OFCOM toute activité qui n’est pas prévue dans la concession.  Au cas où une telle activité entraverait l’activité commerciale d’autres entreprises du secteur, le ministère public peut imposer des charges ou interdire la dite activité.

 

Ailleurs :

14 déc. 19 h → stamm à Pôle Sud

Date : 14 décembre 2015 entre 19 heures et on verra…

Description : Le stamm mensuel du Clip est un espace de rencontre convivial, gratuit et ouvert à tous. Oui, tous, publicurieux, publicides, publiphobes, publisceptiques, publilogistes et même les publiphiles. On y discute du système publicitaire autour d’une bouteille, plat de houmous, d’un morceau de pain…

Lieu : Pôle Sud, avenue Jean-Jacques Mercier 3, 1003 Lausanne, 2ème étage.

Afficher une carte plus grande