Neo Advertising nommé nouveau censeur de la publicité à Genève

Depuis 2012, la ville de Genève contrôlait les affiches publicitaires visibles sur son territoire par le biais d’une Commission de censure (le Courrier du 2 mars). De récentes controverse ont éclaté à cause de l’opacité des décisions de la commission. A plusieurs reprises le Préposé cantonal à la Protection des données et à la Transparence a demandé à la commission de rendre son fonctionnement et ses critères de censure publics, sans succès. L’organe exécutif genevois, le Conseil administratif a décidé de dissoudre la Commission de censure, parce que son activité faisait passer la Ville pour une autorité de censure ce qui donnait une mauvaise image auprès du public. Le Conseil administratif a confié n’a pas tout à fait éliminé la censure puisqu’il l’a en fait confié à un tiers, l’entreprise privée Neo Advertising, qui après la SGA, est aussi le nouveau diffuseur publicitaire de la Ville. La justification de cette décision laisse perplexe. Si l’image de la Ville était devenue mauvaise, n’est-ce pas moins dû à la censure qu’à son opacité. N’aurait-il pas suffit de révéler au public comment la Commission de censure prenait ses décisions ? La dissolution de la Commission n’a pas supprimé la censure, elle l’a confiée à l’entreprise privée qui diffuse la publicité qu’elle doit juger. Rien ne garantie que Neo Advertising, une entreprise qui ne publie presque aucune information à son sujet, fasse preuve de plus de transparence dans ce domaine, sans même parler d’efficacité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *