La CIA pirate les appareils connectés. Les annonceurs se réjouissent

Les annonceurs disposent à présent d’une nouvelle source de données privées. Alors que l’affaire Snowden a pour ainsi dire disparu des discussions helvétiques, le 7 mars, Wikileaks révélait que la CIA pirate les appareils connectés à Internet (téléphones portables, téléphones fixes, téléviseurs, enceintes, etc.) à une échelle mondiale. Cette attaque à échelle mondiale a été réalisée grâce à des virus qui se propagent d’appareil en appareil et qui, l’appareil infecté, fonctionnent comme des mouchards. On peut alors contrôler les appareils à distance, c’est à dire télécharger toutes les données qui s’y trouvent, le transformer en micro…  Bien-sûr, la CIA n’est pas le seul service de renseignements à mettre en œuvre pareil surveillance. Avec le dernier amendement de la loi sur le renseignement, les services suisses recourent aussi à ce type de mouchard en toute légalité. Pour ceux qui s’intéressent à la place de la publicité dans notre société, les révélations de Wikileaks posent deux problèmes. Premièrement, les diffuseurs de publicités peuvent obtenir ces données parce que les mouchards mis en place par la CIA — mais peut-être aussi ceux des services de renseignements suisses — ont été piratés à leur tour par d’autres informaticiens. Deuxièmement, ils arrivent fréquemment que l’État partage une partie des données qu’il récolte avec des entreprises à des fins publicitaires. En Suisse, la Confédération partage par exemple les données des feu de circulation avec la SGA. Et alors ? Et alors grâce à ces données et d’autres, comme celles que Swisscom et les prestataires de données GPS lui fournissent, ils décident de l’emplacement des affiches et des écrans publicitaires, car ils savent où les gens se trouvent, à quel moment et combien de temps ils s’y trouvent. Qui peut alors garantir que la CIA ou les renseignements suisses ne revendent pas de telles données à des tiers ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *