Tous les articles par Roordavel

10 mai 19 h → stamm à Pôle Sud

Date : 10 mai 2017 à 19 heures

Description : Le stamm du Clip est un espace de rencontre convivial, qui a lieu le deuxième mercredi du mois. Il est gratuit et ouvert à tous. Oui, tous, publicurieux, publicides, publiphobes, publisceptiques, publilogistes et même les publiphiles. On y discute du système publicitaire autour d’un verre, d’un plat de houmous ou d’un morceau de pain…

Lieu : Pôle Sud, avenue Jean-Jacques Mercier 3, 1003 Lausanne, 1er étage.


Afficher une carte plus grande

Excursion publicitaire à Berne

Le système publicitaire suisse n’épargne pas la ville fédérale, comme on peut le voir sur ces quelques clichés pris entre la gare et l’arrêt Aegertenstrasse de la ligne de bus no 19. Plusieurs grands panneaux d’affichage électroniques et une bannière royale dominent le hall principal de la gare ferroviaire. Le site est plus grand que celui de lausanne et les couloirs sont plus vastes. Les grandes artères sont séparées une paroi de panneaux d’affichages de la Société générale d’affichage (SGA). Des panneaux d’affichage, des procédés rétro-éclairés et des vitrines bordent chacune des deux allées. Dehors, une immense aubette vitrée recouvre la place de la gare (Bahnhofplatz), où se trouvent plusieurs constructions rouges de la SGA, des murets placardés d’affiches publicitaires, une cage d’ascenseur et une cage d’escalier. Comme à Lausanne, les arrêts de bus et de tramway sont équipés d’aubettes et d’affiches publicitaires. Seulement, certains des panneaux appartiennent à Clear Channel, qui a réussi à obtenir une partie du marché aux dépends de la SGA, contrairement à Lausanne. Hélas, cette diversité toute relative ne semble par avoir d’effet sur le contenu des messages ni sur la démographie des réclames. L’intérieur des bus de la ligne 19 ressemble grosso modo à celui des transports lausannois, hormis l’autocollant qui tapisse le plancher et qui rappelle la malheureuse campagne de l’opérateur Sunrise. D’ingénieuses petites pancartes jouent à la balançoire au gré des accélérations et des décélérations. Quelques autocollants translucides freinent la progression des rayons de soleil et tentent de détourner l’attention des passagers qui regardent des mômes s’amuser sur le tapis de jets d’eau qui recouvre la Place fédérale (Bundesplatz).

Entretien radiophonique avec le GLIP

(source : GLIP, glipantipub.wordpress.com)

Le 25 mars, le conseiller municipal genevois Emmanuel Deonna (Parti socialiste) et le collectif Genève libéré d’invasion publicitaire (GLIP) sont intervenus sur les ondes de Libradio le 5 mars à l’occasion de la Journée mondiale contre la publicité. Le GLIP a présenté une ballade de déchiffrage de la réclame qu’elle a organisé le jour même dans la Cité de Calvin.

Emmanuel Deonna a par ailleurs rappelé les récentes critiques du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies vis-à-vis des stratégies développées par le système publicitaire. [1]Voir par exemple http://www.ohchr.org/FR/Issues/droitsculturels/Pages/impactofadvertisingandmarketing.aspx ou le compte-rendu de la rapporteuse, les réponses des États et des organismes. Dans sa réponse, la Suisse y réaffirme la primauté de « la liberté économique », corollaire présumé de la liberté d’expression.

Notes   [ + ]

1. Voir par exemple http://www.ohchr.org/FR/Issues/droitsculturels/Pages/impactofadvertisingandmarketing.aspx ou le compte-rendu de la rapporteuse, les réponses des États et des organismes. Dans sa réponse, la Suisse y réaffirme la primauté de « la liberté économique », corollaire présumé de la liberté d’expression.

Nouvelle bibliographie sur la publicité

Le Clip a rédigé et tient à jour une bibliographie sur thème de la publicité. Cet outils de référence peut être consulté sur notre page Zotero.[1]Zotero est un logiciel de gestion bibliographique dont le code source est ouvert. Elle contient cinq sections : 1. la propagande et la manipulation. 2. la réclame commerciale. 3. les associations, organismes, collectifs et militants anti-publicitaires. 4. les promoteurs de la publicité. 5. les médias.

Notes   [ + ]

1. Zotero est un logiciel de gestion bibliographique dont le code source est ouvert.

Table ronde sur la publicité et le tabac

Par un savant jeu d’autorité et de séduction, la publicité cherche à faire croire au consommateur qu’il peut adopter un comportement contraire à ses intérêts évidents. Comment la publicité pour le tabac se confronte-t-elle à l’offensive anti-tabac ? Le Festival histoire et cité organise une table ronde sur la question à Genève à la fin du mois de mars.

Lieu : Uni Bastions, salle B111, Genève
Date : vendredi 31 mars de 12 h 00 à 13 h 00
Intervenants : Jean-Paul Humair, Didier Nourrisson
Modérateurs : Jean-Charles Giroud


View Larger Map

La CIA pirate les appareils connectés. Les annonceurs se réjouissent

Les annonceurs disposent à présent d’une nouvelle source de données privées. Alors que l’affaire Snowden a pour ainsi dire disparu des discussions helvétiques, le 7 mars, Wikileaks révélait que la CIA pirate les appareils connectés à Internet (téléphones portables, téléphones fixes, téléviseurs, enceintes, etc.) à une échelle mondiale. Cette attaque à échelle mondiale a été réalisée grâce à des virus qui se propagent d’appareil en appareil et qui, l’appareil infecté, fonctionnent comme des mouchards. On peut alors contrôler les appareils à distance, c’est à dire télécharger toutes les données qui s’y trouvent, le transformer en micro…  Bien-sûr, la CIA n’est pas le seul service de renseignements à mettre en œuvre pareil surveillance. Avec le dernier amendement de la loi sur le renseignement, les services suisses recourent aussi à ce type de mouchard en toute légalité. Pour ceux qui s’intéressent à la place de la publicité dans notre société, les révélations de Wikileaks posent deux problèmes. Premièrement, les diffuseurs de publicités peuvent obtenir ces données parce que les mouchards mis en place par la CIA — mais peut-être aussi ceux des services de renseignements suisses — ont été piratés à leur tour par d’autres informaticiens. Deuxièmement, ils arrivent fréquemment que l’État partage une partie des données qu’il récolte avec des entreprises à des fins publicitaires. En Suisse, la Confédération partage par exemple les données des feu de circulation avec la SGA. Et alors ? Et alors grâce à ces données et d’autres, comme celles que Swisscom et les prestataires de données GPS lui fournissent, ils décident de l’emplacement des affiches et des écrans publicitaires, car ils savent où les gens se trouvent, à quel moment et combien de temps ils s’y trouvent. Qui peut alors garantir que la CIA ou les renseignements suisses ne revendent pas de telles données à des tiers ?

Granini donateur de l’Administration des finances du Canton de Fribourg

Les finances de l’État de Fribourg pourraient se porter mieux. Elles comptabilisent un volume d’ investissements nets de  155, 9 millions de francs,  en nette hausse par rapport  au  montant retenu au budget 2016 ( 129,6 millions de francs) et un bénéfice d e 0,5 million de francs. Heureusement, Granini continue de soutenir la cafétéria de l’Administration des finances en leur fournissant des verres gratuits. Ne les laissons pas supporter seuls ce fardeau ! Apportons nos verres à la rue Joseph-Piller 13. Ceux qui ont oublié leur badge d’entrée peuvent passer par la porte de service, sis le passage qui sépare « l’Afin » et la synagogue.

Les Helvètes ont peur de la récolte des données privées

Une étude de l’institut Gfk pour le compte de Comparis révèle que plus de 60 % des Suisses se sentent surveillés sur la Toile. 30 % des Internautes renoncent aux réseaux sociaux pour des raisons de protection des données. Une personne sur cinq se méfie des moteurs de recherche tels que Google ou Bing.  42 % n’ont pas confiance en Whatsapp. Malheureusement, cette méfiance ne se traduit par des actions de défense. La plupart des interrogés ne recourent pas aux outils de protection comme les logiciels de chiffrement des courriels et des fichiers, à la navigation anonyme, par VPN ou proxy. Ils ne cherchent pas non plus à lutter directement par une action politique.